Le réseau Patrimonialitté

Si nous connaissons la littérature du passé et lui accordons une valeur, c’est dans une large mesure parce qu’elle a fait l’objet, tout au long de son histoire et selon des modalités diverses, de processus de patrimonialisation qui lui ont conféré sa place et l’ont dotée de ses fonctions dans la société. Dans le même temps, en tant que vecteur de diffusion de connaissances, une large part de la littérature contribue à la patrimonialisation de bien d’autres domaines, qu’ils ressortissent aux arts (peinture, sculpture, architecture, cinéma, musique…) ou relèvent d’autres secteurs (le tourisme, la gastronomie, la mode, la publicité…). La littérature est en somme un objet de patrimoine en même temps qu’un vecteur de patrimonialisation, pour la littérature comme pour d’autres ordres de réalité.

Les rapports entre littérature et patrimoine se déclinent ainsi selon deux axes, qui soulèvent chacun des questions respectives :

La fabrique du patrimoine littéraire. Son signe le plus tangible est l’existence d’un canon littéraire dont on peut interroger la constitution, l’évolution et les dynamiques (en particulier autour de l’axiologie du majeur et du mineur). Cette patrimonialisation passe aussi par des acteurs dont il s’agit de comprendre les logiques : quelles sont alors les spécificités des médiums (livres, presse, photographie, cinéma, radio, télévision, sites web) et des institutions (écoles, universités, académies, musées…) qui participent à la consécration de la littérature ? Comme en témoigne exemplairement l’œuvre de Proust, c’est enfin la littérature elle-même qui participe à sa propre patrimonialisation. Et dans chacun de ces contextes, quels sont les objets conservés (dans les centres d’archives) ou présentés (dans les films ou expositions consacrés à des écrivains), et selon quels critères de choix ? Ainsi se dessine une série d’interrogations sur les valeurs (esthétiques, morales, politiques, marchandes) qui régissent cette patrimonialisation, et en particulier sur les modèles rhétoriques privilégiés des discours à vocation patrimoniale.

La fabrique littéraire du patrimoine. Parce qu’elle est porteuse de valeurs, d’imaginaires, de connotations, la littérature peut être un puissant outil de patrimonialisation pour d’autres objets ou d’autres pratiques culturelles. Dès lors, quels sont les patrimoines privilégiés par les œuvres littéraires ? s’agit-il d’œuvres déjà consacrées ou au contraire d’objets marginalisés ? Du côté des acteurs, quels types de profits les écrivains et les éditeurs peuvent-ils retirer à contribuer au façonnement des patrimoines ? Du côté des valeurs, dans quelle mesure les critères propres au champ littéraire sont-ils mobilisés ou affectés par ces entreprises de patrimonialisation littéraires ? Et du côté de l’écriture, quels genres (poésie, romans, biographies…) contribuent-ils à ces processus de patrimonialisation, et sous quelles formes ?

Prenant la mesure de ces relations croisées entre la littérature et le patrimoine, le réseau de recherche Patrimonialitté se donne pour objectif de fédérer les chercheuses et chercheurs actifs dans ce domaine au sein de disciplines allant des études littéraires à la sociologie en passant par l’analyse du discours, l’histoire du livre et des médias, les études visuelles, les sciences de l’information et de la communication, les sciences de l’éducation ou encore la muséologie.

Olivier Belin, Claude Coste, Mathilde Labbé, David Martens & Marcela Scibiorska

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search